FANDOM

2,054,160 Pages

StarIconBronze
LangIcon
Les Pissenlits par les deux bouts

This song is by Blair.

J'ai tout juste huit ans et je suis un enfant
J'aime les gros mots et j'ai peur des gens
Les gens ils ne sont jamais
Que les enfants qu'ils étaient
Et moi les enfants je sais comment c'est fait
Je les vois qui complotent pendant l'interclasse
L'insouciant génocide de ceux de ma race

J'ai bientôt dix-huit ans et je suis un enfant
Je lance des regards indifférents
Aux formes qui à grands pas
Me croisent et ne me voient pas
L'avenir me semble un douillet matelas
Je devine le bruit de leurs vies pleine d'actes
Sur leurs visages d'enfants qui se putréfactent

Et je pèse vers l'avant, je pèse vers l'arrière
Tous devant qui tirent, tous devant et moi derrière
Tous attelés à mon corps bouffi
Dont les membres s'atrophient
Je vois leurs faces impatientes
Tordues de fatigue et d'attente

J'ai trente ou quarante ans et je suis un enfant
Mais ça n'est plus mignon depuis longtemps
J'attends la pétoche aux tripes
Le bruit des pas du sale type
Qui me fera payer jusqu'au dernier slip
La note qui depuis le temps que je resquille
S'allonge au fin fond de mon caveau de famille

Et je plante mes crochets aux ventres des grands-mères
Tous devant qui peinent, tous devant et moi derrière
Ça y est je suis lâché, je dérape
Mais je sens qu'on me rattrape
Avec des verges en osier
Comme un baluchon de bousier

J'ai soixante-quatre ans, j'emmerde mes enfants
Je me pointe chez eux les burnes au vent
Je colle une claque au cadet
Qui m'a manqué de respect
Je vais vous apprendre à dresser un mouflet
Je t'ai donné la vie tu me dois bien cent balles
Ton grand-père a crevé veille à ce qu'on l'emballe

Et je glisse mon chemin des langes au cimetière
Comme un suppositoire, tous devant et moi derrière
Sous la pluie de sueur et de sang
Je grignotte en rêvassant
Les pissenlits par les deux bouts
Les pissenlits par les deux bouts

J'ai quatre-vingt-quinze ans et je suis un enfant
J'aime les gros mots et j'ai peur des gens
Mais après une vie d'efforts
Je leur fais peur plus encore
Depuis près d'un siècle que je pue la mort
J'achève en sirotant ma tisane au gingembre
Ma carrière subventionnée d'exclus en chambre

Vous croyez m'entend-t-on dire
Me faire crever de jalousie mais
Je préfère mes regrets à vos désirs, mes orgies
De souvenirs à vos partouzes d'enfants mongoliens
Et si vous voulez bien laissez-moi prendre en paix
Les vessies pour des feux follets

External links

Community content is available under Copyright unless otherwise noted.