FANDOM


Voir aussi la page Polin sur le site USDCF.org

La chanson « C' que tu m'as fait » a été interprétée par Polin


Paroles de la chanson :

Elle était vendeuse dans un grand magasin
Où j’étais v’nu faire des achats l’autre matin
Je lui dis : Mam’zelle, c’est des gants qu’i’ m’faut
Mais j’me rappelle plus mon numéro
Elle m’dit d’une voix pure :
– J’vais vous prendre la m’sure
Est-ce des gants pour la ville ou pour le matin ?
Puis d’ses p’tites menottes
La v’là qui me tripote
Moi, ça m’chatouillait la main
Ça m’troublait tellement qu’j’y réponds : Ma foi
C’est surtout des gants pour mettre mes doigts

{Refrain :}
Ah ! j’sais pas c’que tu m’as fait
Est-ce ta main qui m’fait c’t effet ?
Voilà plusieurs paires que tu m’fais essayer
J’peux pas arriver
À les enfiler
Elle m’répond avec douceur :
– Tu n’sais pas t’y prendre, farceur
Quand on essaie quéqu’ chose pour la première fois
Ça semble toujours un p’tit peu étroit

T’as plus besoin d’rien ? me dit-elle sans façon
J’y réponds : J’voudrais de l’odeur qui sent bon
Celle qu’les femmes du monde mettent dans leur baignoire
Moi, ça s’rait pour mettre dans mon mouchoir
Elle m’fait : J’ai quéqu’ chose
Qui détrône la rose
D’la vraie peau d’Espagne, tu sais, ça vient d’Madrid !
Puis sans plus d’ambages
Ouvrant son corsage
Elle m’fait : Sens-moi ça, mon p’tit !
Ben ! qu’est-ce que t’en dis ? Moi, l’cœur tout ému
J’dis : J’rest’rais bien toute ma vie l’nez d’ssus !

{Refrain :}
Ah ! j’sais pas c’que tu m’as fait
Est-ce de sentir ton corset ?
Est-ce la peau d’Espagne ou celle de tes seins blancs ?
Quel parfum troublant !
Ah ! oui, donne-moi-z-en
Elle m’dit : En veux-tu beaucoup ?
Ça coûte cher, tu sais, mon loup
Montrant ses nénés, j’y ai répondu tout bas :
– J’en voudrais deux flacons dans c’genre-là

Bref, comme on s’plaisait, ensemble on a dîné
Et après l’repas, chez elle on est allé
Y avait le dodo qui nous tendait les bras
J’y ai rentré pour pas faire d’embarras
Après j’sais plus guère
La suite de l’affaire
Je perds la mémoire en ces genres d’occasions
Ça d’vait être cocasse
Tout ça, je l’remplace
Par plusieurs points d’suspension
N’empêche que l’lend’main, en m’éveillant, j’dis 
En r’gardant ma camarade de lit :

{Refrain :}
Ah ! j’sais pas c’que tu m’as fait
Mais je m’doute bien de c’que c’est
J’ai rêvé qu’j’étais un papillon, ma foi
Toi, une fleur des bois
J’me posais sur toi
– Ah ! qu’e’ m’dit, ça, c’est gentil
Rêve donc encor comme cette nuit !
J’y réponds : J’veux bien, mais à une condition
Cette fois, c’est toi qui f’ras l’papillon !
Logo-gracenote Les paroles de cette chanson sont diffusées légalement sur Internet dans le cadre d'un accord de licences entre les sociétés Gracenote, Inc. et Wikia, Inc.. Voir les Conditions d'utilisation.

Liens externes Modifier