FANDOM


Voir aussi la page Pierre Bachelet sur le site USDCF.org

La chanson « C'est pas vrai, c'est pas moi » a été interprétée par Pierre Bachelet
et apparaît sur l'album La ville ainsi soit-il (1995)

Paroles de la chanson :

J'ai l'air un peu bêta
J'ai du mal à parler
Dans les commissariats
Vaut mieux pas la ramener

Ils voudraient m'accuser
Pour des auto-radios
Des vitrines éclatées
Et peut-être un coup de couteau

Les menottes aux poignets
Comme un vrai délinquant
J'ai vu le soir tomber
C'était rouge au couchant

Ils m'ont mis dans un trou
La tête entre les mains
Ils m'ont dit "Si t'avoues
Tu sortiras demain"

{Refrain:}
C'est pas vrai, c'est pas moi
On m'en veut dans ma rue
Ma mère, elle me croira
Elle, elle m'a toujours cru

Si je pouvais, Monsieur
Téléphoner chez moi
Ça fait peur à mes vieux
La nuit quand je rentre pas

Ma mère, elle vous dira
Que je suis pas un voyou
Et ma mère, elle ment pas
Vos histoires, elle s'en fout

Lorsque j'étais enfant
J'attrapais les oiseaux
Si doux et si confiants
Qu'ils vivaient sur ma peau

Ils m'ont jeté dehors,
Plus tard ils m'ont repris
Quelques bijoux en or
Oubliés sous mon lit

Une fille aux bras nus
Dans la chambre fermée
Je l'avais étendue
Comme une fleur blessée

Un jour ils ont trouvé
Ce pistolet sur moi
Parait qu'il avait tué
Et moi je m'en souvenais pas

En pleine rue, plein midi
Au milieu des passants
Le tireur s'est enfui
Un jeune presque un enfant

{au Refrain}

Et les filles me disaient
"T'as les yeux si brillants
Qu'on n'ose pas t'embrasser
Même que t'es pas méchant"

J'ai pas tué, pas volé
Ma mère, elle est témoin
Elle aurait pu jurer
Que j'étais un gars bien

Lorsque j'étais enfant
J'attrapais les oiseaux
Si doux et si confiants
Qu'ils dormaient sur ma peau

Le soir à la prison
J'arrive pas à dormir
Maman, t'avais raison
T'es partie sans prévenir

J'aimais pas les couteaux
D'ailleurs j'ai peur du sang
J'aimais mieux les oiseaux
Et les soleils couchants

Il fait noir dans la pierre
Et je cherche mes mains
Pour dire une prière
À qui ? Je n'en sais rien

Si le bon Dieu pardonne
Il n'a qu'à se rappeler
Que je n'ai tué personne
Sans y être obligé

{au Refrain}

Il fait noir dans la pierre
Et je cherche mes mains
Pour dire une prière
À qui ? Je n'en sais rien

Si le bon Dieu pardonne
Il n'a qu'à se rappeler
Que je n'ai tué personne
Sans y être obligé

Lorsque j'étais enfant
J'attrapais les oiseaux
Si doux et si confiants
Qu'ils mouraient sur ma peau

{au Refrain}

Si je pouvais, Monsieur
Téléphoner chez moi
Ça fait peur à mes vieux
La nuit quand je rentre pas

{au Refrain}

Et les filles me disaient
"T'as les yeux si brillants
Qu'on n'ose pas t'embrasser
Même que t'es pas méchant"

C'est pas vrai, c'est pas moi
On m'en veut dans ma rue...
Logo-gracenote Les paroles de cette chanson sont diffusées légalement sur Internet dans le cadre d'un accord de licences entre les sociétés Gracenote, Inc. et Wikia, Inc.. Voir les Conditions d'utilisation.

Liens externes Modifier


Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .