FANDOM


Cette page à été générée automatiquement via un robot (un programme) et doit donc maintenant être validée par un humain. Vous pouvez le faire simplement en vérifiant cette page, puis en retirant la ligne du début contenant : {{Généré par un robot}}.

Voir aussi la page Philippe Forcioli sur le site USDCF.org

La chanson « Vagabondant » a été interprétée par Philippe Forcioli


Paroles de la chanson :

Vagabondant de provinces en amourettes
Ma lyre sonne à l'amour tous ses chants
Ruisseau grondant, une abeille, une alouette
Tissent en ma course une voile de vent
Derrière les mots, se profilent des ombres
Tout le passé tire à ma langue un cri
J'ai pris l' parti des fleurs sur les décombres
Je pousse au ciel ma chanson qui sourit

Ne crains pas la foudre
Va sous l'orage, tes cheveux friseront
Le temps va te moudre
Mûris blond blé et que le pain soit bon !

Caracolant de sous-bois en cathédrales
Perçant le cœur de mon pays glorieux
Passant les villes comme effeuillant pétales
Et les poètes en moi verbe joyeux
Dis, tu l'as vu cet oiseau qui se hisse
Dans le soleil au-dessus des maisons ?
Le grand frisson c'est l'amour qui me glisse
Dans la prunelle étincelles à millions

Ne crains pas la foudre
Va sous l'orage, tes cheveux friseront
Le temps te découvre
Un cœur tout neuf à l'appel des saisons

Divaguant ci sur des signes étranges
Je piste un lieu où planter ma folie
J'ai rendez-vous ! Eh quoi ? Je vois les anges
Et si vous non, je n'y puis rien, tant pis !
Les ai frôlés, ils sont blancs comme une aile
Et j'ai dansé avec eux dans les cieux
Vous souriez ? Moi, je mords vos oreilles
C'est un baiser, dit-on, des amoureux

Ne crains pas la foudre
Va sous l'orage, tes cheveux friseront
Le temps ? Une poudre
Perlimpinpin, neige ou sable, selon

Fatigant, las, je gis dans l'immortelle
Une coccinelle grimpe sur mon nez
Je lui raconte ma chanson nouvelle
Douce, elle répond et c'est une bonne journée
Je dors, je rêve à des plages infinies
Un coq altier me rappelle au matin
À mes chagrins. Ma croix de poésie
Saigne et je pleure en pissant dans le thym

Ne crains pas la foudre
Va sous l'orage, tes cheveux friseront
Le temps, loin, nous ouvre
Une éclaircie dans le gris des canons

Reprenant, neuf, ma fuite vagabonde
Mon chapelet de vers entre les dents
Je songe à l'homme, à la course du monde
Oh, je frémis de nos destins grondants
Qu'y puis-je, moi ? Je balade et je sème
Innocent de tous mes crimes, je meurs
Et je renais au regain du poème
N'y a que chanson pour panser ma douleur

Ne crains pas la foudre
Va sous l'orage, tes cheveux friseront
Le temps va te moudre
Mûris blond blé et que le pain soit bon !

Et que le pain soit bon !
Logo-gracenote Les paroles de cette chanson sont diffusées légalement sur Internet dans le cadre d'un accord de licences entre les sociétés Gracenote, Inc. et Wikia, Inc.. Voir les Conditions d'utilisation.

Liens externes Modifier


Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .