Voir aussi la page Maurice Mac-Nab sur le site USDCF.org


La chanson « Les poêles mobiles » a été interprétée par Maurice Mac-Nab


Paroles de la chanson :

Le poêle, c'est l'ami qui, dans la froide chambre
Triomphant des frimas nous fait croire aux beaux jours.
Son ardente chaleur nous ranime en décembre
Et sous le ciel glacé réchauffe nos amours !

{Refrain:}
Le poêle mobile se distingue de tous les autres en ce que, muni
de roues, il peut se déplacer comme un meuble.
On le roule successivement au salon, à la salle à manger, dans
la chambre à coucher.
La prudence exigeant que l'on ne conserve pas de feu dans la
chambre où l'on couche, on le ramène au salon pour la nuit.
Le prix du modèle unique est de 100 francs.

Au printemps, lorsque la pervenche
Fleurit bleu, sous les arbres verts
Et que la jeune rose penche
Ses boutons à peine entr'ouverts

Poêle, tu n'es plus le charme de nos veilles :
Il te chasse bien loin, le souffle printanier.
Et la morte-saison te relègue au grenier
Où, seul et triste, tu sommeilles !

{au Refrain}

Mais maintenant, plus de verdure
Plus de soleil, et plus de fleurs !
Voici que revient la froidure
La froidure aux pâles couleurs.

Chauffez-vous, frêles Parisiennes
Puisque le gazon n'est plus vert.
Tandis qu'à travers vos persiennes
Siffle le triste vent d'hiver !
 
Du feu, pour que vos lèvres roses
Trouvent des baisers plus ardents !
Du feu, pour qu'en vos chambres closes
L'amour demeure plus longtemps !

{au Refrain}

Logo-gracenote.gif Les paroles de cette chanson sont diffusées légalement sur Internet dans le cadre d'un accord de licences entre les sociétés Gracenote, Inc. et Wikia, Inc.. Voir les Conditions d'utilisation.

Liens externes[modifier le wikicode]


Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .