(Page créée avec « {{subst:Paroles/structure | nomArtiste = Marcel Amont | titreChanson = J'aime pas les femmes bronzées | triAlphabet = J }} <!-- --> »)
Balise : sourceedit
 
Balise : sourceedit
Ligne 8 : Ligne 8 :
 
}}
 
}}
 
{{Paroles/Chanson | texte =
 
{{Paroles/Chanson | texte =
<lyrics>
+
<lyrics>(Vacances, vacances
Début du texte de la chanson
+
La mer, la mer, la mer
  +
À l'infini qui recommence
...
 
  +
Soleil, soleil, soleil, soleil
Remplacez ce bloc par les paroles de la chanson
 
  +
Comme un abricot vermeil)
...
 
  +
Fin du texte de la chanson
 
  +
{parlé:}
  +
J'aime pas le femmes bronzées
  +
Je vois trop les terribles heures de bronze-cul
  +
Méthodiques, scientifiques heures
  +
Crèmes spéciales filtrantes, hydratantes
  +
Anti-allergiques, tout ça
  +
Sur le sable à côté de la serviette
  +
Magazines couleur, vernis à ongles
  +
Lunettes noires quand elles sont sur le dos
  +
Femmes alignées, des milliers, des milliers
  +
Des kilomètres et des kilomètres le long du littoral
  +
Bien en rang, bien parallèles, flanc à flanc, tête à pied
  +
Toutes les heures, trempette
  +
Pour mettre un peu de fraîcheur dans le barbecue
  +
Et ça recommence, ça travaille, ce bazar, cette usine
  +
C'est ici
  +
  +
Non, j'aime pas les femmes bronzées !
  +
  +
(Soleil, soleil, soleil
  +
Gros abricots vermeil
  +
Au beau milieu
  +
D'un ciel tout bleu
  +
Bleu, soleil)
  +
  +
{parlé:}
  +
J'aime pas le femmes bronzées
  +
Les pains d'épice, les femmes de cuivre
  +
Métalliques ça les fait, lisses, inoxydables
  +
T'as envie de frotter avec un chiffon pour qu' ça brille
  +
Frotter, pas caresser
  +
On caresse pas une douille d'obus
  +
Pourtant j'ai aimé, j'appelais ça "le hâle"
  +
Ça me sentait bon le grand air, youkaïdi, youkaïda
  +
Maintenant j'aime les joues promptes à rougir
  +
Et des joues bronzées, ça rougit pas !
  +
  +
Non, j'aime pas les femmes bronzées !
  +
  +
(Vacances
  +
Soleil
  +
Vacances
  +
Soleil
  +
La mer, la mer, la mer, la mer
  +
Vacances…)
  +
  +
{parlé:}
  +
J'aime pas les femmes bronzées
  +
Je rêve d'une femme toute translucide
  +
D'une à la peau de petit lait
  +
Avec des reflets bleus
  +
Et peut-être des taches de son
  +
Blême avec arrogance
  +
Des ombres mauves dans les creux
  +
Des veines visibles par transparence
  +
À cinq centimètres de profondeur
  +
Un brune aux cheveux d'encre
  +
Aux joues diaphanes
  +
Une esclave blanche dévoilée, aux seins d'ivoire
  +
Une rouquine au cul de crème chantilly
  +
Une blonde de lin aux yeux pervenche
  +
Rose et délicate tout autour du mamelon
  +
Une bien rafraîchissante, bien odorante
  +
Ombre douce, accueil,
  +
Mystère, fontaine sur les cailloux
  +
Mousse humide, replis, refuge
 
</lyrics>
 
</lyrics>
 
}}
 
}}

Version du 16 mars 2017 à 20:52

Voir aussi la page Marcel Amont sur le site USDCF.org


La chanson « J'aime pas les femmes bronzées » a été interprétée par Marcel Amont


Paroles de la chanson :

<lyrics>(Vacances, vacances La mer, la mer, la mer À l'infini qui recommence Soleil, soleil, soleil, soleil Comme un abricot vermeil)

{parlé:} J'aime pas le femmes bronzées Je vois trop les terribles heures de bronze-cul Méthodiques, scientifiques heures Crèmes spéciales filtrantes, hydratantes Anti-allergiques, tout ça Sur le sable à côté de la serviette Magazines couleur, vernis à ongles Lunettes noires quand elles sont sur le dos Femmes alignées, des milliers, des milliers Des kilomètres et des kilomètres le long du littoral Bien en rang, bien parallèles, flanc à flanc, tête à pied Toutes les heures, trempette Pour mettre un peu de fraîcheur dans le barbecue Et ça recommence, ça travaille, ce bazar, cette usine C'est ici

Non, j'aime pas les femmes bronzées !

(Soleil, soleil, soleil Gros abricots vermeil Au beau milieu D'un ciel tout bleu Bleu, soleil)

{parlé:} J'aime pas le femmes bronzées Les pains d'épice, les femmes de cuivre Métalliques ça les fait, lisses, inoxydables T'as envie de frotter avec un chiffon pour qu' ça brille Frotter, pas caresser On caresse pas une douille d'obus Pourtant j'ai aimé, j'appelais ça "le hâle" Ça me sentait bon le grand air, youkaïdi, youkaïda Maintenant j'aime les joues promptes à rougir Et des joues bronzées, ça rougit pas !

Non, j'aime pas les femmes bronzées !

(Vacances Soleil Vacances Soleil La mer, la mer, la mer, la mer Vacances…)

{parlé:} J'aime pas les femmes bronzées Je rêve d'une femme toute translucide D'une à la peau de petit lait Avec des reflets bleus Et peut-être des taches de son Blême avec arrogance Des ombres mauves dans les creux Des veines visibles par transparence À cinq centimètres de profondeur Un brune aux cheveux d'encre Aux joues diaphanes Une esclave blanche dévoilée, aux seins d'ivoire Une rouquine au cul de crème chantilly Une blonde de lin aux yeux pervenche Rose et délicate tout autour du mamelon Une bien rafraîchissante, bien odorante Ombre douce, accueil, Mystère, fontaine sur les cailloux Mousse humide, replis, refuge </lyrics>

Logo-gracenote.gif Les paroles de cette chanson sont diffusées légalement sur Internet dans le cadre d'un accord de licences entre les sociétés Gracenote, Inc. et Wikia, Inc.. Voir les Conditions d'utilisation.

Liens externes




Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .