FANDOM


Voir aussi la page Karl Ditan sur le site USDCF.org

La chanson « Cœur de marin » a été interprétée par Karl Ditan


Paroles de la chanson :

On l’trouva tout là-bas au bout du Finistère
Et chacun pour l’élever se l’passa d’mains en mains
C’est ainsi qu’il grandit sans parents sur la terre
Et qu’à vingt ans, l’État le prit pour être marin
Il avait un ami qu’il aimait comme un frère
Et qui partit comme lui s’embarquer à Lorient
En voyant celui-ci embrasser sa vieille mère
Son cœur d’enfant trouvé se serra violemment
Sur l’ponton il réfléchissait
Pendant qu’à sa vieille l’autre disait :

{Refrain :}
Ne pleure pas, mère chérie
J’t’enverrai mes économies
Si j’rengage, tu r’cevras, maman
Toute ma prime de rengagement
Mais comme je ne sais pas écrire
Écoute ce que j’m’en vas te dire :
Tant que tu recevras d’l’argent
Ça t’prouvera que j’suis bien portant
Allons, ne pleure plus, adieu
– Au r’voir, lui dit-elle, mon p’tit fieu

Le pauvre enfant trouvé qui peinait à l’ouvrage
Au dur travail du bord ne s’accommoda pas
Son copain, l’temps fini, lui dit : Ben, tu rengages
– Rengager ! moi ! jamais ! tu f’ras c’que tu voudras
Je préfère crever d’faim là-bas au Finistère
Que d’rester au Tonkin où nous sommes à présent !
– Si j’rengageais, dit l’autre, ce s’rait pour ma vieille mère
Et pour lui envoyer ma prime de rengagement
Tu sais bien qu’en quittant l’pays
À ma bonne maman j’ai dit :

{Refrain :}
Ne pleure pas, mère chérie
J’t’enverrai mes économies
Si j’rengage, tu r’cevras, maman
Toute ma prime de rengagement
Mais comme j’suis pas fort pour écrire
Écoute bin ce que j’vas te dire :
Tant que tu recevras d’l’argent
Ça t’prouvera que j’suis bien portant
Moi, dit l’autre, je n’ai ni vieille ni vieux
Mais je t’approuve d’être un bon fieu !

Le lendemain matin, en tirant à la cible
V’là qu’un canon éclate et tue un brave marin
C’était l’fils de la vieille, l’autre dit : C’est horrible
Que va devenir sa mère ? elle en mourra d’chagrin
Il faut qu’elle ignore tout, dit-il. Eh ben, j’rengage
Qu’on lui cache ce malheur, et je l’aiderai d’mon mieux
Et quand il vint plus tard en congé au village
La vieille le voyant seul lui dit : Ousqu’est mon fieu ?
– Vot’ fieu, dit-il, ne l’plaignez pas
Il va p’t-être faire fortune là-bas !

{Refrain :}
Ne pleurez pas, mère chérie
J’vous apporte ses économies
Pour vous prouver qu’il est vivant
Voilà sa prime de rengagement
Il m’a même chargé d’vous dire
Comme il n’est pas fort pour écrire
Que tant que vous recevrez de l’argent
Ça s’ra signe qu’il est bin portant
Et la vieille, des larmes plein la voix
Lui dit : – Embrasse-le bien pour moi !
Logo-gracenote Les paroles de cette chanson sont diffusées légalement sur Internet dans le cadre d'un accord de licences entre les sociétés Gracenote, Inc. et Wikia, Inc.. Voir les Conditions d'utilisation.

Liens externes Modifier


Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .