FANDOM


Voir aussi la page Imbert Imbert sur le site USDCF.org

La chanson « La mouche » a été interprétée par Imbert Imbert
et apparaît sur l'album Débat de boue (2007)

Paroles de la chanson :

Il avait sept ans et demi
C'était un bon petit
Tout plein de soleils dans les yeux
De ceux qu'on garde peu
Il était calme, il était sage
Pas très grand pour son âge
Mais on sentait dans ses façons
Que c'était pas un con
Il aimait à être tout seul
Jouer à compter les moutons
Adossé au tronc du tilleul

Un jour qu'il n'avait pas école
Sous son arbre, tranquille
Il aperçut dessus le sol
Une mouche immobile
Elle semblait morte, bel et bien
Il la prit dans la main
Mais quand il lui toucha le nez
Il la sentit bouger
Il accourut dans la cuisine
Sortit le miel, la margarine
Lui prépara une tartine

A partir de ce jour
De ce geste d'amour
De ce don du dedans
Il trouva une amie
Et un sens à la vie
Il l'aima tellement
Que la mouche s'en remit

Il lui donnait à butiner
Aux heures de repas
Elle avait bien récupéré
Mais ne volait toujours pas
Il la prenait jusqu'à l'école
Perchée sur son épaule
Mais un jour en sortant de la douche
Plus trace de la mouche
Et alors qu'il pleurait des nues
Un gratouillis sur son dos nu
La mouche lui était revenue

A partir de ce jour
Dans un geste d'amour
Dans un don du dedans
C'est en mari fidèle
Qu'il aima sa donzelle
Et l'aima tellement
Qu'il lui coupa les ailes

Cette histoire n'est pas terminée
Attention à la chute
Car du troisième où il vivait
Elle fut un peu abrupte
Comme il était vraiment content
De ce vieux coup fumant
Il s'en alla radieux et fier
La montrer à sa sa mère
Elle en fit une anastomose
Mais en contenant sa colère
Elle lui dit de faire
Quelque chose

Sans plus faire de détour
Il rendit son amour
Aux libertés du vent
Reniant tout son être
Et la voulant renaître
Il l'aima tellement
Qu'il la jeta par la f'nêtre

Toutes ressemblance à des faits
Ou à des personnes
Sont totalement assumées
Volontaires et sauvages
Et la morale de cette histoire
N'a d'autre vertu que de voir
Ou d'envisager à devoir
Se méfier de l'amour
Du boulet qui l'entoure
Qu'est la nature humaine

Se trouver un ami
Et un sens à la vie
Mais surtout pas le même
Se méfier de l'amour
Du boulet qui l'entoure
De ces dons du dedans
Des serments qui s'emmêlent
Du sermon rituel
D'être bien vigilant
A ne pas perdre ses ailes
Logo-gracenote Les paroles de cette chanson sont diffusées légalement sur Internet dans le cadre d'un accord de licences entre les sociétés Gracenote, Inc. et Wikia, Inc.. Voir les Conditions d'utilisation.

Liens externes Modifier