FANDOM


Voir aussi la page Henri Gougaud sur le site USDCF.org

La chanson « Béton armé » a été interprétée par Henri Gougaud
et apparaît sur l'album Chansons pour la ville (1973)

Paroles de la chanson :

Béton armé, soleil en berne
Hommes des nouvelles cavernes
Voilà ce que nous devenons

Pardonnez-moi, parfois j'en tremble
J'ai tant rêvé de grands ensembles
Ensemble est un si joli nom

Du ciment à l'horizontale
Du ciment à la verticale
Cernés de vacarme têtu
Ces grands ensembles sont si rudes
Que je rêve de solitude
Comme d'un paradis perdu

Enfants des champs et des ruelles
Allez faire un tour à Sarcelles
Sarcelle était un nom d'oiseau
Aujourd'hui l'oiseau est en cage
Le porte-plumes a fait naufrage
Dans une forêt de ciseaux

Béton armé, soleil en berne
Hommes des nouvelles cavernes
Voilà ce que nous devenons

Si nous n'y mettons pas bon ordre
Bon Dieu, la vie si bonne à mordre
Ne méritera plus son nom

J'aimerais tant changer d'adresse
J'aimerais que le vent caresse
Encore une fois mes mains nues
Le vent, le vrai, pas cette trace
Qui nous fait le cœur dégueulasse
En ramonant les avenues

J'ai besoin d'air, Dieu me pardonne
De celui que le ciel nous donne
En passant par l'odeur des prés
Et si un jour la mort m'empoigne
Que ce soit en rase campagne
À la lisière des forêts

Avant de payer l'échéance
Je voudrais encore la chance
D'une chanson couleur de vie
Et puis, s'il n'y a plus rien à faire
Mettez-moi sous un peu de terre
Si vous en trouvez à Paris
Logo-gracenote Les paroles de cette chanson sont diffusées légalement sur Internet dans le cadre d'un accord de licences entre les sociétés Gracenote, Inc. et Wikia, Inc.. Voir les Conditions d'utilisation.

Liens externes Modifier


Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .