FANDOM


Voir aussi la page Guy Béart sur le site USDCF.org

La chanson « Hôtel-Dieu » a été interprétée par Guy Béart


Paroles de la chanson :

Pour une femme morte dans votre hôpital
Je réclame, Dieu, votre grâce
Si votre paradis n'est pas ornemental
Gardez-lui sa petite place

La voix au téléphone oubliait la pitié
Alors, j'ai couru dans la ville
Elle ne bougeait plus déjà d'une moitié
L'autre est maintenant immobile

Bien qu'elle fût noyée à demi par la nuit
Sa parole était violence
Elle m'a dit "Appelle ce docteur" et lui
Il a fait venir l'ambulance

Ô temps cent fois présent du progrès merveilleux
Quand la vie et la mort vont vite
Où va ce chariot qui court dans l'Hôtel-Dieu
L'hôtel où personne n'habite ?

D'une main qui pleurait de l'encre sur la mort
Il fallut remplir quelques fiches
Moi, je pris le métro, l'hôpital prit son corps
Ni lui ni elle n'étaient riches

Je revins chaque fois dans les moments permis
J'apportais quelques friandises
Elle me souriait d'un sourire à demi
De l'eau tombait sur sa chemise

Elle ne bougeait plus, alors elle a pris froid
On avait ouvert la fenêtre
Une infirmière neutre aux gestes maladroits
En son hôtel, Dieu n'est pas maître

La mère m'embrassa sur la main, me bénit
Et moi je ne pouvais rien dire,
En marmonnant "Allons, c'est fini, c'est fini"
Toujours dans un demi-sourire

Cette femme a péché, cette femme a menti
Elle a pensé des choses vaines
Elle a couru, souffert, élevé deux petits
Si l'autre vie est incertaine
Et si vous êtes là et si vous êtes mûr
Que sa course soit terminée !
On l'a mise à Pantin dans un coin près du mur
Derrière, on voit des cheminées
Logo-gracenote Les paroles de cette chanson sont diffusées légalement sur Internet dans le cadre d'un accord de licences entre les sociétés Gracenote, Inc. et Wikia, Inc.. Voir les Conditions d'utilisation.

Liens externes Modifier


Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .