FANDOM


Voir aussi la page Francesca Solleville sur le site USDCF.org

La chanson « Chanson de Leïla » a été interprétée par Francesca Solleville
et apparaît sur l'album Grand frère, petit frère (2000)

Paroles de la chanson :

C’était qu’ rues grises entre murs gris
Dans mon quartier, quand j’étais p’tite
Alors entre poubelles et ciel de pluie
T’apprenais vite

Qu’ tu d’viendrais jamais Lady Di
Ou qu’en tous cas, y avait peu d’ chance
Vu qu’ ton destin l'était ici
Écrit d’avance

Maman trimait d’jà comme je trime
Papa s’était noyé dans un verre
Bon pourtant c'était pas la déprime
Pas la misère

Juste une espèce de manque d’espoir
Qu’on traînait comme une saloperie
Et ça, m’ racontez pas d’histoires
C’est pas la vie

Sur une vieille photo de c’ temps-là
J’ai des yeux, c’est que d’ l’innocence
Puis un sourire que t’y crois pas
Ouais, quand j’y pense

C’est fou quand même c’ que par moments
T’arrives à te faire comme cinoche
Quand t’es gamine, et puis lentement
Tout s’effiloche

"Tu s’ras vendeuse, tu s’ras caissière"
Y avait d’ quoi t’ mettre le cœur en fête
Et te graver comme dans la pierre
Là, dans la tête

Comme une espèce de manque d’espoir
J’ m’en souviens encore aujourd’hui
C’est comme d’ la bruine, comme du brouillard
C’est pas la vie

Au premier gars qui m’a aimée
J’ lui ai donné là, sous la lune
Mon corps, mon âme, bref ce qu’était
Toute ma fortune

'L en est v’nu, bien sûr, après lui
Chaque fois tu crois au grand amour
Chaque fois c’ est un coin d’ soleil qui luit
Sur tes p’tits jours

Quand t’as quelqu’un qui t’ tend la main
Faut bien l’avouer, y a rien d’ mieux
Y a d’ quoi t’ coller même sans chagrin
Des larmes aux yeux

Pour tuer un peu c’ vieux manque d’espoir
Qui fait comme un manteau trop p’tit
Parce que ça, vous n’ me ferez pas croire
Que c’est la vie

Des fois j’ m’arrête au bord du chemin
Des fois je regarde en arrière
Alors c’ qui monte en moi c’est rien
Que d’ la colère

Parce qu’à moi, on ne m’a jamais
Donné l’ bon jeu, les bonnes cartes
Parce qu’y a dans c’ monde ceux qui gagnent et
Ceux qu’on écarte

J’ dis qu’il faudra qu’ vienne un matin
Où les pauvres gens, les purotins
Relèveront la tête enfin
Relèveront le poing

Pour que renaisse une raison d’y croire
Comme une lumière au bout d’ la nuit
Quelque chose qui rapellera l’espoir
Qui s’ra la vie !
Logo-gracenote Les paroles de cette chanson sont diffusées légalement sur Internet dans le cadre d'un accord de licences entre les sociétés Gracenote, Inc. et Wikia, Inc.. Voir les Conditions d'utilisation.

Liens externes Modifier