FANDOM


Voir aussi la page Dranem sur le site USDCF.org

La chanson « En dix-huit cent vingt » a été interprétée par Dranem


Paroles de la chanson :

En l’an dix-huit cent vingt, un jeune homme de bon ton
Se dit : Je veux apprendre à jouer du piston
Il chercha d’abord un professeur émérite
Qui, voyant son ardeur, l’fit travailler tout de suite
L’jeune homme, dans l’piston, r’souffla comme un bœuf
D’dix-huit cent vingt à dix-huit cent vingt-neuf !

En l’an dix-huit cent trente, il était déjà fort
Il jouait très bien la gamme en ut, en la major
Voyant ça, l’professeur, un véritable artiste
Dit : Nous allons passer à d’autres exercices
L’jeune homme, dans l’piston, r’souffla comme un bœuf
D’dix-huit cent trente à dix-huit cent trente-neuf !

En dix-huit cent quarante, il savait jouer un air
C’était, si je n’me trompe, la polka des pois verts
Le professeur se dit : C’t élève-là s’ra ma gloire
Et d’suite il le fait rentrer à l’Observatoire
L’jeune homme, dans l’piston, r’souffla comme un bœuf
De quarante et un jusqu’à quarante-neuf !

En dix-huit cent cinquante, il devint amoureux
Il avait envie d’faire des p’tits duos à deux
Et l’été comme l’hiver, il jouait à sa conquête
Des nocturnes pour piston, toutes les nuits sous sa f’nêtre
L’jeune homme, dans l’piston, r’souffla comme un bœuf
De cinquante et un jusqu’à cinquante-neuf !

En dix-huit cent soixante, par une nuit sans clarté
L’jeune homme se mit son embouchure de l’autre côté
Il en mourut car elle n’put jamais sortir(e)
Et lança un contre-ut dans un dernier soupire
Et sa fiancée l’pleura comme un veuf
De soixante et un jusqu’à soixante-neuf !

En l’an dix-neuf cent vingt
En l’an dix-neuf cent trente
Ah ! la barbe ! je m’en vais
Logo-gracenote Les paroles de cette chanson sont diffusées légalement sur Internet dans le cadre d'un accord de licences entre les sociétés Gracenote, Inc. et Wikia, Inc.. Voir les Conditions d'utilisation.

Liens externes Modifier


Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .