(imported article)
 
Ligne 1 : Ligne 1 :
   
{{Généré par un robot}}<!-- ligne à retirer une fois la page vérifiée par un humain :) -->
 
 
{{Paroles/Informations
 
{{Paroles/Informations
 
| titreChanson = Ce métier
 
| titreChanson = Ce métier
 
| nomArtiste = Charles Aznavour
 
| nomArtiste = Charles Aznavour
| annéeSortie = <!-- 1ère interprétation -->
+
| annéeSortie = 1997
| titreAlbum = <!-- 1er album contenant cette chanson -->
+
| titreAlbum = Plus bleu
 
| triAlphabet = C
 
| triAlphabet = C
 
| cacographie =
 
| cacographie =
Ligne 11 : Ligne 10 :
 
{{Paroles/Chanson | texte =
 
{{Paroles/Chanson | texte =
 
<lyrics>De galères en galas
 
<lyrics>De galères en galas
A Paris, en province
+
À Paris, en province
 
De scènes d'Opéra
 
De scènes d'Opéra
 
En spectacles de rue
 
En spectacles de rue
Ligne 39 : Ligne 38 :
 
Après que la critique
 
Après que la critique
   
A tort ou à raison
+
À tort ou à raison
 
Nous traîne dans la boue
 
Nous traîne dans la boue
 
De moments d'émotion
 
De moments d'émotion
 
En instants de panique
 
En instants de panique
 
On entre en religion
 
On entre en religion
A l'heure où tout se joue
+
À l'heure où tout se joue
   
 
Ce métier de crève-faim, de va-nu-pieds
 
Ce métier de crève-faim, de va-nu-pieds

Version du 9 juillet 2010 à 16:04

Voir aussi la page Charles Aznavour sur le site USDCF.org


La chanson « Ce métier » a été interprétée par Charles Aznavour
et apparaît sur l'album Plus bleu (1997)

Paroles de la chanson :

<lyrics>De galères en galas À Paris, en province De scènes d'Opéra En spectacles de rue De fabuleux contrats En cachets plus que minces Pour nous, quoi qu'il en soit, Le rêve continue

Ce métier, c'est le pire et c'est le meilleur On a beau s'en défendre, il nous tient et nous hante Que l'on soit comédien, danseur ou que l'on chante Ce métier, il fait mal comme il fait rêver Et du "Temps des cerises" à "Etre ou ne pas être" Que l'on soit débutant ou déjà passé maître Au plus haut de l'affiche ou à peine cité

Il est notre patrie et notre champ d'honneur Du vieux conservatoire ou enfant de la balle Notre seul horizon est au fond d'une salle Notre soleil jamais qu'un coup de projecteur

Ce métier qui tient tous nos sens en éveil D'échecs retentissants en triomphales routes Qui nous gonfle d'orgueil ou nous détruit de doutes Ce métier est le seul jardin de nos merveilles De nuits de dépression Après que la critique

À tort ou à raison Nous traîne dans la boue De moments d'émotion En instants de panique On entre en religion À l'heure où tout se joue

Ce métier de crève-faim, de va-nu-pieds Que ce soit à l'écran, sur scène ou bien en piste Il faut, pour le tenter, être un rien utopiste Car il fait peu d'élus pour beaucoup d'appelés

Ce métier qui peut nous abolir parfois Commandeur de Paris ou Sir en Angleterre Les Sept d'or, les César, les triomphes ou Molière C'est toujours le public, au fond, qui les octroie

Fiers sous les quolibets, humbles sous les bravos Faussement protégés par le mot de Cambronne Émouvants, hilarants, en forme ou bien aphones Mais déchirés de trac au lever de rideau

Ce métier n'est pas facile à assumer Bâti sur le succès, il rend tout vulnérable Mais bien que sans mémoire et bien qu'impitoyable Il reste le plus beau car c'est notre métier

Il reste le plus beau, car c'est notre métier</lyrics>

Logo-gracenote.gif Les paroles de cette chanson sont diffusées légalement sur Internet dans le cadre d'un accord de licences entre les sociétés Gracenote, Inc. et Wikia, Inc.. Voir les Conditions d'utilisation.

Liens externes


Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA.