FANDOM


Voir aussi la page Chansons populaires sur le site USDCF.org

La chanson « La complainte de la Brinvilliers » a été interprétée par Chansons populaires


Paroles de la chanson :

Puisqu'il me faut mourir
Aussi mes jours finir
Aux lieux patibulaires
Je confesse aujourd'hui
Le mal et les délits
De mes actions noires

J'étais d'extraction
Et de condition
Et une noble dame
Mais j'ai bien dérogé
Ce qui m'a rengrengé
Une mort très infâme

Je l'ai bien mérité
Car de chaque côté
Sur la terre et sur l'onde
On n'a vu tant de maux
De peine et de travaux
Que j'ai fait dans le monde

Par des poisons cruels
Languissants et mortels
J'ai fait mourir mon père
Et presque aussi ma sœur
Ce qui fait mon malheur
Mes deux uniques frères

De même à mon mari
Dont j'ai le cœur marri
J'ai rendu le teint blême
Par poisons languissants
Pour chacun méchamment
Ma cruauté extrême

Mon mari n'est pas mort
Mais il languit encore
Dans les douleurs amères
Sans les contrepoisons
Qu'il prend dans les saisons
Il serait dans la terre

Malheureux Sainte Croix
Dont jadis je fis choix
Pour soulager ma flamme
C'est toi qui m'a donné
Moyen d'empoisonner
Petits, grands, homme et femme

Je les faisais languir
Avant que de mourir,
Tout à ma fantaisie
L'un deux ans, l'autre trois
L'un deux jours, l'autre un mois
Selon ma perfidie

Puis dans un grand repas
Qui nous fut fait en gras
Par monsieur de Lionne
J'avais tout préparé
Afin d'empoisonner
Bien des nobles personnes

Et de Lionne enfin
Fut dedans ce festin
Empoisonné lui-même
Et bien de ses amis
L'archevêque de Paris
En fut à la mort blême

Après tous ces tourments
Et empoisonnements
Peur d'être prise au piège
J'ai quitté le pays
Abandonné Paris
Pour me sauver à Liège

J'ai demeuré longtemps
Dans ce lieu mêmement
Qu'on me croyait perdue
Mais un Dieu a permis
Pour punir mes délits
Que je sois reconnue

Car le nommé Desgrès
Vint en petit collet
Habiter cette ville
S'introduisant exprès
Au couvent où j'étais
Pour me voir à la grille

Il me parla d'amour
Le trouvant fait au tour
Je me sentais à l'aise
Je sortis du couvent
Lui, dans le même instant
M'enleva sur sa chaise

Je fus prise en ce lieu
Par le vouloir de Dieu
Et ramenée en France
La ville de Paris
Devant parents, amis
Vit punir mon offense

Dès l'âge de sept ans
M'offrant à tout venant
Je fus dépucelée
Et quelques temps après
Une maison exprès
Par ma main fut brûlée

Dedans le parlement
J'ai été constamment
Souvent interrogée
Mais ces nobles seigneurs
Connaissant mes rigueurs
D'une voix m'ont jugée

Selon mon jugement
Il faut premièrement
Aller à Notre-Dame
Et la torche à la main
Pour mon crime inhumain
Ce qui perce mon âme

Et puis pour mon défaut
Être sur l'échafaud
Pour la tête tranchée
Être jetée au feu
Et finir en ce lieu
Ma vie désordonnée

Enfants, jeunes et vieux
Aimez le Roi des Cieux
Honorez père et mère
Portez-leur de l'amour
Pour prolonger vos jours
Longuement sur la Terre
Logo-gracenote Les paroles de cette chanson sont diffusées légalement sur Internet dans le cadre d'un accord de licences entre les sociétés Gracenote, Inc. et Wikia, Inc.. Voir les Conditions d'utilisation.

Liens externes Modifier


Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .