FANDOM


{{}}

Voir aussi la page Boby Lapointe sur le site USDCF.org

La chanson « Moi, le philosophe et l'esthète » a été interprétée par Boby Lapointe


Paroles de la chanson :

Nous étions trois J' commenc' par moi
Moi que l'on traite de poèt', Car j'fais des vers,
Un nivernais ... Très raffiné
Surnommé, Oh ! qu'c'est bête' L'esthète de Nevers
J'ai tout dit sauf - Le Philosoph'...
Je vous présent' - Trois dilettantes'
Et j'vous dis :
- Nous : moi, le philosophe et l'esthète, aimons
qu'une
Présentation s'fasse' sans façons

C'était l'été Et telle était
Notre soif de tout c'qui est aqueux,
même un piano
Aurait été
Par nous tété
Avec félicité, si licit c'eût été
Même illégal
Quel vil régal
Nous eussions fait d'un jus d'fluxion... frais
Et j'vous dis
- Nous : moi; le Philosophe et l'esthète, aimons
qu'une
Soif à ce point ça n'se fass' point

Mais v'là t'y pas ...
Qu'là à dix pas
Je vois des mûres mûres sur un mur,
Et je murmure' :
A m'y hausser ...Amis osez
En poussant par en d'sous mes souliers souillés
Quand j'suis su'l faîte
Une' suisse helvète
Me dit : Sach' qu' cette' chose' ça s'achète
Mais j'lui dis;
Nous : moi, le philosophe et l'esthète aimons
qu'une face' de fesse' Se passe' de pèze'

-
Elle se fâche
Et là c'est vache
Sous l'séant, M'enlaçant Sal'ment,
Ah ! l'sal'moment !
Elle' me bascule
Et m'émascule
"Quel sang qu'on perd !"
Disent mes compères',
"Lampons-les de paire"
Elle' les repousse
Pour lier ma bourse
D'un fils à plomb
Ah ! quel vil aplomb
Mais j'lui dis :
Nous : moi, le philosophe et l'esthète aimons
qu'une'
Fausse asepsie s'fasse à ces p'tits... Bobos
Logo-gracenote Les paroles de cette chanson sont diffusées légalement sur Internet dans le cadre d'un accord de licences entre les sociétés Gracenote, Inc. et Wikia, Inc.. Voir les Conditions d'utilisation.

Liens externes Modifier


Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .