FANDOM


Voir aussi la page Bervyl sur le site USDCF.org

La chanson « Célosa » a été interprétée par Bervyl


Paroles de la chanson :

Version Homme
----------------------------------

Si je pouvais n'avoir plus d'yeux
Ne plus voir les tiens qui m'attirent
Je crois que cela vaudrait mieux
Je souffrirais moins le martyre
Ah ! tes yeux il me faut les voir
Me regarder, pleins de tendresse
Lorsque je sais qu'avant le soir
A d'autres iront leurs caresses

Si je pouvais n'avoir plus d'yeux
Ne plus voir combien tu es belle
Ni que ton corps est gracieux
À ne point trouver de rebelle
C'est tout ça qui m'a captivé
Alors, si j'en perdais l'image
Je crois que je serais sauvé
Et que je deviendrais plus sage

Si je pouvais n'avoir plus d'yeux
Ne plus voir tes lèvres sourire
Leurs mensonges qui sont pieux
Me sont des supplices le pire
Ne plus voir où se sont posés
Les baisers des amours vénales
Dont tu te plais à te griser
En d'écœurantes saturnales

Si je pouvais n'avoir plus d'yeux
Je ne serais plus sous ton charme
Qui m'est doux et m'est odieux
Et m'a fait verser tant de larmes
Je sais trop qu'on ne peut te voir
Sans, tout de suite, être ta proie
Et qu'orgueilleuse de ton pouvoir
Les cœurs que tu prends, tu les broies

Si je pouvais n'avoir plus d'yeux
Autour de toi, je pourrais vivre
Sans voir, quand je deviendrais vieux,
Sur tes cheveux tomber le givre
Et je mourrais bien doucement
Gardant la croyance éternelle
Que je fus ton unique amant
Que tu fus toujours jeune et belle

--------------------------------------------------------

Version Femme
-----------------------------

Si je pouvais n'avoir plus d'yeux
Ne plus voir les tiens qui m'attirent
Je crois que cela vaudrait mieux
Je souffrirais moins le martyre
Ah ! tes yeux il me faut les voir
Me regarder, pleins de tendresse
Lorsque je sais qu'avant le soir
Ils verront une autre maîtresse

Si je pouvais n'avoir plus d'yeux
Ne plus voir ta beauté de mâle
Tes airs de vainqueur merveilleux
Et ton front si pur et si pâle
C'est par tout ça que tu m'as plu
Pour ça que tu m'as captivée
Et si je ne te voyais plus
Je crois que je serais sauvée

Si je pouvais n'avoir plus d'yeux
Ne plus voir tes lèvres sourire
Leurs mensonges qui sont pieux
Me sont des supplices le pire
Ne plus voir où se sont posés
Les baisers des amours vénales
Dont tu te plais à te griser
En d'écœurantes saturnales

Si je pouvais n'avoir plus d'yeux
Je ne serais plus sous ton charme
Qui m'est doux et m'est odieux
Et m'a fait verser tant de larmes
Je sais trop qu'on ne peut te voir
Sans, tout de suite, être ta proie
Et qu'orgueilleux de ton pouvoir
Les cœurs que tu prends, tu les broies

Si je pouvais n'avoir plus d'yeux
Autour de toi, je pourrais vivre
Sans voir quand tu deviendrais vieux
Sur tes cheveux tomber le givre
Et je m'en irais au tombeau
Gardant l'illusion charmante
Que tu fus toujours jeune et beau
Et que je fus ta seule amante
Logo-gracenote Les paroles de cette chanson sont diffusées légalement sur Internet dans le cadre d'un accord de licences entre les sociétés Gracenote, Inc. et Wikia, Inc.. Voir les Conditions d'utilisation.

Liens externes Modifier


Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .