FANDOM


Cette page à été générée automatiquement via un robot (un programme) et doit donc maintenant être validée par un humain. Vous pouvez le faire simplement en vérifiant cette page, puis en retirant la ligne du début contenant : {{Généré par un robot}}.

Voir aussi la page Aline Dhavré sur le site USDCF.org

La chanson « Cigales » a été interprétée par Aline Dhavré


Paroles de la chanson :

Quand, obsédant, monte le cri, cri, cri, cri, cri
Cri des cigales sur la mer
Quand la mer démonte le temps
Le temps détraque les enfants
Quand, obsédante, vient la peur

Qu'on nous fasse des maisons bleues
Et qu'on en oublie la folie
La peur de vivre au bord du cri
Cri des étoiles à travers vent
Vent solaire et des ouragans
De comètes à travers ciels

Car s'ouvre devant nous
Un chaos de métal, de papier
Ma terre criblée de cristaux
Ravagée d'eau, ravagée d'eau
Et j'appelle à un calme nouveau
J'appelle un souffle élémentaire
Ravivant tout, ranimant tout
Faisant regain de cette terre
Et nous réinventant l'été
Même sans blé, même sans blé

Car si de très loin je vous vois
Dresser des plans nouveaux, des signes
Dans l'espace lointain de l'air
Je n'y vois rien, je n'y crois pas
Je retourne auprès des enfants
Aux corps si blancs
Qu'on leur referait bien la Terre

Et tout son bonheur végétal
Soulevant l'eau, la mer étale
Des ressources infinies de verts
Herbe, fougère, algue, corail
Sous le ciel éclaté, cristal

Mais obsédant monte ce cri, cri, cri, cri
Cri de machines à l'envers
Machine à remonter le temps
Quand rien ne revient en arrière
Et je sais, je sens qu'il est temps
Qu'il est temps d'accorder le la
Sur la merveille ou l'épouvante
Enfin temps d'emporter sa tente
Ou de se réinventer soi

Je ne t'invite qu'au silence
Au silence énorme de toi
En toi le monde prend naissance
Et tu ne t'en aperçois pas

Que de bruit dans ta tête ouverte
Au petit matin rouge ou vert
Les bruits de toute une planète
Et qu'en faire, qu'en faire ? Rien
Vois les temps bougent sous le ciel
Entends-tu le chant des cigognes ?
Il faudra changer de saison
Ta saison d'homme, ta saison d'homme

Partir en soi comme on se noie
A travers des sables mouvants
Reparaître toujours devant soi démuni
Et naître et se renaître
Et sans fin commencer

Sans trop savoir vers quelle terreur
Ou vers quel bonheur d'autres temps
T'entraîne la fusée-miroir
Dans le grand désert du dedans

Arrachons nos masques de loups
Perçons-nous les yeux, les oreilles
Que viennent les temps magiciens
Les temps merveilles, les temps merveilles
Logo-gracenote Les paroles de cette chanson sont diffusées légalement sur Internet dans le cadre d'un accord de licences entre les sociétés Gracenote, Inc. et Wikia, Inc.. Voir les Conditions d'utilisation.

Liens externes Modifier